• sylvie curioz

En tant que rédactrice web SEO, suis-je une autrice ou une auteure ? Une question existentielle !




Maintenant que j’évolue dans le monde de la rédaction web SEO, voilà qu'une question existentielle me taraude : suis-je une autrice ou une auteure ? J'ai vu ces deux appellations s'utiliser indifféremment, mais j'aimerais pouvoir trancher en faveur de l'une ou l'autre. Je ne me sens pas très confortable avec les situations « entre-deux ». Creusons un peu et voyons ce qui émerge.


Qu'en dit le net ?


Après avoir fouillé un peu sur internet, j'ai trouvé cet article de Stéphanie Bellamy. Si je comprends bien, il me dit que si je me fie à l’étymologie française, je suis plutôt une autrice. Mais qu'en Suisse et au Québec on dit une auteure. Bon si je résume, il semble qu'on peut dire les deux ! Mais ça ne m'arrange pas ça ! Reprenons la recherche. Dans "Le guide d'aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions (1999)" on trouve la remarque suivante : "Pour les termes auteur, docteur et pasteur, les formes morphologiquement régulières et attestées en -trice ou en -oresse (autrice, doctoresse, doctrice, pastoresse) ne sont plus acceptées aujourd’hui. » Ah voilà, c'est un peu plus clair. Sauf que plus loin je lis : « On conservera la forme identique au masculin, avec le choix d’ajouter ou non un -e à la finale, comme pour assesseur, censeur, etc. : une auteur(e), une docteur( e), une pasteur(e)." Bon, on n'est même plus obligé de féminiser maintenant ! Plus j'avance, plus je m’embrouille les neurones ! Si même les spécialistes ne sont pas d'accord entre eux... Autrice ou auteure, le choix se complique sérieusement !


Et pour d'autres mots ?


Peut-être que si je fais un pas de côté les choses vont s’éclaircir. Souvent ça fonctionne pour moi. Allons donc voir ce qui se passe pour d'autres mots. Qu'en est-il pour le féminin de "metteur en scène" par exemple ? On retrouve "metteure" pour le Québec, "metteuse" ou "mettrice" (mais beaucoup plus rare) pour la France. Et pour une femme qui développe pour le web ? Quelques recherches sur le net plus tard, je vous invite à vous régaler avec ce petit billet d'humeur de Romy Têtue : « Développeuse… euh, ça existe ? »

Pas si simple cette féminisation des mots ! Le guide précédemment cité nous donne toutes sortes de règles bien compliquées. Je vous garantis qu'il vaut mieux l'avoir à portée de main pour ne pas se tromper ! Mais bref revenons à nos moutons. Je ne sais toujours pas si je suis une autrice ou une auteure.


Alors, à qui se fier ?


Dans ces cas où les informations extérieures sont contradictoires, j'ai pour habitude de me brancher sur mon ressenti. Sortir du mental qui tourne en boucle et faire appel à d'autres canaux de décision m'est salutaire. J'aime fonctionner de cette manière. Finalement ce qui m'est important c'est que mon choix résonne harmonieusement en moi. L'alignement intérieur est ma boussole. L'essentiel est que je sois en phase avec ma vérité.

Alors, je prends un petit temps de centrage. Je ferme les yeux. Je respire consciemment quelques minutes. Et je me branche sur mes ressentis... Alors, autrice ou auteure?

Que se passe-t-il si je dis "autrice" ? Je scanne mon corps, j'observe les changements qui s'opèrent parfois très subtilement. Je promène ma conscience dans ses moindres recoins. Et là, je sens mes dents se serrer. Je constate une fermeture au niveau du plexus cardiaque. Quelque chose se rapetisse en moi, se contracte. Il y a du grincement dans l'air. Une sensation de rigidité m'envahit. Pas très réjouissant tout ça.

Et si je dis "auteure" ? Et bien cette fois, tout s'ouvre en moi. J'ai la sensation de m'élever, de m'expanser. Je suis au sommet d'une montagne d'où je vois la plaine. J'ai une vision d'ensemble. J'ai pris de la hauteur ! De la rondeur et de la douceur coulent dans mes veines. Un petit environnement ouaté m'enveloppe. La joie scintille dans mes cellules. Et ça c'est vraiment bon !



L'heure du choix


Mon corps a parlé, je lui fais confiance. Autrice ou auteure, maintenant il sait et il ne se trompe pas. Il semble que mon origine helvète me rattrape ! Et l'amour que je ressens pour la belle province de nos amis québécois se rappelle à moi. Le choix est fait, il est très clair. Il n'y a plus aucun doute, je me sens définitivement une auteure. Ouf, je vais enfin pouvoir dormir tranquille !


Quoi ? « Auteure » ça ne vous parle pas ? Vous préférez me dire et me penser « autrice » ou même « auteur » ? Après tout pourquoi pas. Chacun sa vérité, chacun ses choix !


23 vues2 commentaires