top of page

«Entroffrir ça change la vie !»

Dernière mise à jour : 2 mars 2023

Club d'entroffrandes accueillantes

En janvier 2023, j'ai fondé le club «Entroffrir ça change la vie !».

C'est un club d'entroffrandes accueillantes ayant adopté une charte de pratiques commerciales éthiques, promouvant la paix économique et se soutenant les unes les autres pour rayonner collectivement.

C'est également un label qui permet de recenser et reconnaître les entroffrandes accueillantes qui ont adopté la charte du club.




Une "entroffrande accueillante" qu'est-ce que c'est ?


Depuis quelque temps, je remets en question le terme «entreprendre».

Je ne peux pas m'empêcher d'y entendre «entre-prendre», on se prend les uns aux autres.

Les images qui me viennent quand je prononce ce mot sont une foire d'empoigne où chacun se bat pour essayer de sortir gagnant de la mêlée.

Vous voyez, un peu comme dans les bagarres collectives des dessins animés où on ne voit que des poings levés qui émergent d'un nuage de poussière...

Comme je suis très sensible à la signification des mots et suis convaincue que notre vocabulaire imprime une vibration subtile qui impacte notre façon de vivre, j'ai donc choisi de remplacer «entreprendre» par «entroffrir», et dans la continuité, «entreprise» par «entroffrande», «entrepreneur» par «entroffreur» et «entrepreneure» par «entroffreuse».


Pourquoi «entroffrir» ?

Pour qu'un échange puisse avoir lieu, il y a toujours deux actions complémentaires à l’œuvre : donner et recevoir.

Dans les années 1990 alors que je me formais à la communication avec Jacques Salomé, il m'a sensibilisée au fait qu'il existe deux façons de donner et recevoir :

Soit j'impose et je prends

Soit j'offre et j'accueille

Quand j'impose et je prends, je ne me préoccupe pas vraiment de ce que peut penser et ressentir l'autre dans l'échange. Je suis dans la certitude de détenir la vérité et que ma façon de voir les choses, faire et vivre est la meilleure.

Je cherche alors à l'imposer par tous les moyens. Également j'utilise l'autre pour combler mes besoins et je lui prends ce qui m'est nécessaire avec la conviction que tout m'est dû, sans lui demander son accord.

C'est une position que Jacques Salomé qualifiait à l'époque d'«infantile», en référence au stade de développement de l'enfant centré sur lui, encore incapable de prendre en considération l'autre comme différent de lui-même.

Dans les activités commerciales cela se traduit entre autres, par une volonté de vendre à tout prix en cherchant à convaincre l'acheteur de toutes les manières possibles, y compris en le manipulant, pour lui faire croire que notre produit ou service est exactement ce qu'il lui faut, même si ce n'est pas vrai.

Quand je commence à mettre un peu de conscience dans tout ça, je comprends que l'autre est pleinement participant à l'échange, qu'il mérite l'écoute et le respect. Je me mets alors à lui offrir, je prends en compte ses besoins réels et je le laisse libre dans son choix d'accueillir ou non ce que je lui propose.

L'échange n'est plus un rapport de force, il trouve une fluidité légère et il est respectueux de soi-même comme de l'autre.

Cette position, Jacques Salomé la qualifiait d'«adulte» en référence à l'enfant qui a grandi et acquis la capacité à s'observer dans son propre fonctionnement.

En donnant et recevant de cette manière, je développe une «entroffrande accueillante».


Un aparté sur un terme que je vois fleurir maintenant : «entredonner».

Je me réjouis de constater que d'autres se questionnent aussi sur le sujet d'un changement de vocabulaire pour un changement sociétal (voir mon article sur ce sujet). Toutefois, au vu de ce que j'ai exposé ci-dessus, ce mot reste pour moi trop générique. «Entroffrir» me semble plus précis en reflétant clairement la manière dont on donne.


Pourquoi fonder un club ?

Cette inspiration m'est venue en fin d'année 2022. Et je me suis dit que c'était en effet une bonne idée de se regrouper, pour faire corps, se soutenir, s'entraider et rayonner une façon de commercer porteuse d'une vibration spirituelle incarnée. (voir mon article "Incarner ma spiritualité dans mon activité professionnelle")


En tant que personne source (selon le concept de Peter König), j'ai élaboré une charte qui sert de boussole :

En tant qu'entroffrande accueillante, je m'engage à :

  • Développer une activité en conscience, respectueuse de l'environnement et des êtres humains, avec un management bienveillant le cas échéant.

  • Changer mon vocabulaire commercial pour promouvoir la paix économique.

  • Pratiquer des tarifs justes répondant à mes besoins correspondant à une vie matérielle adepte de sobriété.

  • Laisser mes clients totalement libres, en refusant d'utiliser tout type de technique manipulatoire s'appuyant sur les failles de l'ego pour favoriser une vente.

  • Soutenir les autres membres pour faire rayonner collectivement nos activités.

  • Détenir mes comptes dans une banque éthique (NEF, crédit coopératif)

  • Utiliser de l'électricité verte et vertueuse (Enercoop)

  • Nourrir l'économie du don

Qui peut faire partie du club ?

  • Les entroffrandes accueillantes qui arpentent déjà la feuille de route proposée par la charte.

  • Les entreprises «en transition» qui souhaitent se développer dans ce sens.



Voilà, j'en suis là. Je vous ai partagé la façon dont je vois et vis les choses aujourd'hui, bien consciente que tout est en évolution constante.

Ça résonne pour vous ? Cheminons ensemble alors, tout est à co-créer ! Bienvenue...












Comments


bottom of page