• sylviecurioz2

Des colliers de perles pour Angela Merkel




Eva voit le jour en Silésie en 1937.

Une maman allemande et un papa polonais.

Entre 2010 et 2021 elle crée des colliers de perles qu'elle envoie à Angela Merkel. Si, si ! Et vous savez quoi ?

La chancelière les a portés !

Je vous emmène à la rencontre de cette femme dont la vie est digne d'un roman.










Des bijoux en pâte de verre pour la chancelière


Même si Eva a vécu l'essentiel de sa vie en Suisse, elle se sent toujours allemande et encore plus en vieillissant. Alors elle suit l'actualité de ce pays régulièrement. Elle voue une véritable admiration à Angela Merkel, mais quelque chose dans ses tenues la chiffonne.

De son point de vue, les bijoux qu'elle exhibent ne sont pas à la hauteur du rang social de cette dame. Qu'à cela ne tienne, elle décide de lui en confectionner !

A 73 ans et des années de savoir-faire créatif derrière elle, elle se lance alors dans l'assemblage de colliers de perles. Elle en fait parvenir un par an, à Noël, à la chancellerie ! Et ils plaisent, car Angela Merkel prend soin à chaque fois de la remercier par un petit mot signé de sa main. Son talent est reconnu parmi ses amies et clientes à Genève où elle réside. Un jour, l'une d'elle l'appelle en proie à une grande émotion : elle vient de voir à la télévision une rencontre entre le président Obama et la chancelière et celle-ci porte un des colliers de perles offerts par Eva ! Capture d'écran à l'appui ! Rien que ça… Même si Eva n'en tire aucun orgueil, elle se sent quand même fière et honorée...

A aucun moment Eva ne se pose la question de savoir si ses colliers de perles arriveront jusqu'à Angela Merkel, ni comment ce cadeau sera accueilli par sa destinatrice. Elle suit juste son idée : magnifier cette dame qu'elle vénère. En cela elle donne une profonde leçon d'humilité. Elle suit juste les élans de son cœur et distribue sa générosité au monde pour le rendre plus beau.

Bravo.



Une créativité débordante


Eva connaît une enfance et une jeunesse difficiles. Et cela a sans doute exacerbé ses aptitudes créatives. Elle sait se débrouiller avec peu et trouve toujours le moyen d'utiliser ses capacités manuelles pour embellir le quotidien.

Ainsi, elle coud tous les habits de sa fille, Andrée. Eva fait partie de ces personnes qui ont de l'or dans les mains. Créer lui est aussi indispensable que respirer, c'est sa bouffée d'oxygène. Tous les matériaux trouvent grâce à ses yeux ! Ainsi elle va tester, entre autres, le macramé, le crochet et ses œuvres rencontrent un certain succès. Bref, elle s'éclate !

Pour nourrir ses diverses créations elle devient une fervente habituée du marché aux puces de la plaine de Plainpalais à Genève, lieu bien connu des chineurs du canton.

C'est là qu'elle trouve de quoi élaborer les colliers de perles qu'elle destine à Angela Merkel.

Avec son éternelle dégaine jean et casquette, elle y est connue comme le loup blanc !...

Et aimée... Eva, c'est un personnage !



Un début de vie tourmenté


Eva vit la deuxième guerre mondiale en Silésie. Cette enfance sous les bombes est encore compliquée par la maladie de sa maman, qui souffre de tuberculose. Son papa disparaît et laisse sa femme et ses enfants totalement démunis, à la merci des violences dans cette province, théâtre de nombreux affrontements. Au moment de l'invasion russe, Eva fuit avec sa maman et ses 3 frères et sœurs en Autriche. Malheureusement, sa maman décède en 1949, laissant Eva orpheline. Séparée de sa fratrie, elle est placée en famille d'accueil en Allemagne. Durant toutes les années qui vont suivre, Eva se forge un caractère de gagnante. Ainsi, elle réussit à obtenir son diplôme d'assistante dentaire.

A 21 ans, elle rencontre un jeune avocat suisse venu parfaire son allemand dans la ville où elle réside. Ils s'aiment et Eva tombe enceinte. Le papa reconnaît le bébé et ensemble ils s'installent en Suisse, en Valais. Mais l'entente avec la belle-famille est impossible. Pour eux elle reste une «Bosch».

Ils décident alors de déménager à Berne, puis à Genève où elle termine son existence en janvier 2022.


Cette histoire passionnante m'a été contée par la fille d'Eva, Andrée.

Nous avons été collègues entre 1988 et 1993, toutes deux enseignantes dans le même collège (cycle d'orientation en Suisse), elle en allemand et moi en mathématique. Notre collaboration a été merveilleuse. Puis j'ai quitté ce poste et nous ne nous sommes plus revues. Jusqu'à il y a peu, près de 30 ans plus tard. Nous nous sommes retrouvées comme à l'époque, toutes les deux très émues, sans que le temps passé n'ait effacé notre complicité.

L'histoire de sa maman m'a profondément touchée. Cette femme malmenée par la vie a su puiser au fond d'elle-même la force d'arpenter son chemin terrestre en suivant son instinct et ses besoins essentiels, sans se préoccuper du regard ou du jugement des autres. Je suis convaincue que sa trace vibratoire reste inscrite dans le monde subtil du champ d'énergie qui nous relie toutes et tous et je suis certaine qu'elle continuera d'inspirer ainsi nombres d'entre nous !

Merci Madame Eva !


24 vues0 commentaire